dimanche 13 novembre 2016

MORBIHAN SUD : LE CHATEAU DE SUSCINIO, résidence des ducs de Bretagne.

Le château de Suscinio était une des résidences des ducs de Bretagne, particulièrement appréciée par eux à cause de sa situation dans une contrée  giboyeuse. A l'origine d'ailleurs, on avait sur place un simple manoir de chasse, bâti par Pierre de Dreux en 1218  sur un terrain marécageux au sud de la presqu'île de Rhuys, non loin de la mer . En 1229, son fils  Jean 1er Le Roux poursuit la construction. À la fin du XIVe siècle, et au début du XVe,  le château sera agrandi par les ducs Jean IV et jean V de Monfort.


Le château de Suscinio - Vue sud est. Au premier plan les deux grosses tours qui encadrent l'entrée principale, la tour des Salines à gauche et la tour Saint-Nicolas.

Ensuite il est peu à peu délaissé pour des raisons économiques. Il deviendra propriété de la couronne de France au XVIe siècle sous François 1er. En 1798, il est vendu comme bien national à un marchand qui l'exploite comme une carrière de pierres. En 1840, il est classé monument historique grâce à Mérimée, bien que déjà en ruines. Le vicomte Jules de Francheville l'acquiert en 1852 et s'efforce de sauver ce qui reste de l'édifice. En 1965 , le conseil général du Morbihan l'achète et entreprend sa restauration. Il a aujourd'hui retrouvé sa splendeur d'antan.


A LA DECOUVERTE DU CHATEAU:



 Premier regard sur le château, qui s'allonge d'est en ouest sur une soixantaine de mètres. L'entrée principale est à gauche . A droite on aperçoit le logis ouest.


Le château est entouré d'une douve de 3 à 4 m de profondeur; on distingue au premier plan l'entrée monumentale encadrée par deux tours et précédée de ce qui était le pont-levis. Tout de suite, on accède au logis d'entrée (fin XIVe- début XVe); suit la grande cour , qui comportait certains bâtiments disparus; puis le logis ouest au fond (achevé dans la 2e moitié du XVe s). Côté nord, le château est flanqué d'un étang, et côté est, existe toujours une zone de marais qui s'étend jusqu'à l'actuelle plage de Suscinio.
Une chapelle existait aussi hors les murs , un ancien prieuré bénédictin du XIIe s  reconverti; elle sera détruite au XVIe. On a découvert récemment son pavage qui est exposé dans le château.


A gauche, une des grosses tours de l'entrée et à droite la tour de l'Epervier (XIIIe siècle) de plus de 30 m de haut et de 9 m de diamètre. Elle comportait 5 niveaux et avait un rôle résidentiel.


La tour de l'Epervier se prolonge par la courtine nord qui intègre une tour ronde de 9 m de diamètre.


  Nous continuons à tourner autour du château. Vue ouest: à gauche , la Tour Neuve, à laquelle aboutit la courtine nord , puis l'arrière du logis ouest (XVe) avec ses fenêtres à meneaux. La tour carrée était la tour des latrines. Le logis ouest accueillait les visiteurs des ducs de Bretagne.


Le château, vue d'ensemble  ouest: on aperçoit au fond à droite le logis d'entrée (fin XIVe-Début XVe).
On voit mieux la tour des latrines , au premier plan, ajoutée au XVe s. Chaque étage comportait une latrine et un système de conduits aboutissait à une fosse aménagée à la base du mur et régulièrement curée.
Une porte permettait l'accès à la cour centrale côté ouest apparemment.Elle permettait d'accéder aussi à la chapelle située hors les murs.

       
                                                        Vue de la  courtine sud du château.
  

   Au sud du château,  à proximité de l'ancienne basse cour, on découvre un ancien colombier du XVe s à 700 boulins ou nichées. Chaque trou correspondait à un demi hectare de domaine, la seigneurie devait donc faire 350 hectares. Le château était le centre d'un domaine agricole exploité au bénéfice du seigneur.


Côté est: l'emplacement de l'ancien pont levis qui donnait accès au château, entre les deux grosses tours.


Le château avait il y a quelques années un aspect plus dégradé. Voici une vue réalisée avant la réfection des toitures des tours .

 UN PETIT TOUR DU COTE DES MARAIS DE SUSCINIO:

Entre le château-fort et le bord de mer s'étend une zone de marais et d'étangs.


     Des chemins de promenade y sont aménagés, permettant notamment l'observation des oiseaux.


Au fil de la promenade, les tourelles du château se découvrent en arrière plan.


                                    Un grand étang  accueille les oiseaux  des marais.


                                        Ici par exemple un petit groupe d'aigrettes garzettes.



                                            Autres vues du château depuis le marais.


                        Lorsqu'on revient vers le château, il se dévoile dans toute sa splendeur.

2 commentaires:

  1. je suis très heureuse de voir ce château retrouver de sa splendeur.Je l'ai vu en ruine en 1955.J'espère avoir le plaisir de le visiter.

    RépondreSupprimer