vendredi 22 septembre 2017

Un belle surprise en vallée de Somme: le château de LONG (XVIIIe s) et son parc.

L'amateur de châteaux que je suis a eu une belle surprise lors d'un séjour dans la région avec la découverte du beau château de LONG (XVIIIe s), et de son vaste parc, en vallée de Somme.

                                     Le beau château de LONG se reflète dans un vaste étang.

                                                                LA VISITE:
Le visiteur , dès son arrivée, aperçoit, au delà de la belle grille d'entrée, l'harmonieuse construction que constitue le château...
Surprise quand il s'agit d'y pénétrer: il faut actionner une sonnette pour se faire ouvrir le portail par la gardienne du domaine...On peut visiter le parc seul, ou également le château; pour celui-ci, la visite est guidée à certaines heures. J'ai choisi pour ma part le parc seul. On lui glisse les quelques pièces nécessaires dans la main, elle nous indique en quelques phrases le parcours à effectuer dans le parc. Vous ne retenez pas tout, mais vous vous dites que vous vous débrouillerez bien...

               Au de là du beau portail d'entrée, on aperçoit tout de suite l'harmonieuse construction.


                                                     Un élégant château du XVIIIe siècle.

La grille franchie, on peut admirer l'harmonieux bâtiment en brique rose et blanche, son corps de logis à deux étages et à toit mansardé rythmé par trois avant corps au décor sculpté.

Il a été construit dans la première moitié du XVIIIe siècle pour Honoré-Charles de Buissy, seigneur de Long, par l'architecte Charles -Etienne Briseux, sur une terrasse dominant la Somme canalisée. Après la mort du propriétaire, son fils Pierre de Buissy complète  l'œuvre paternelle, appelée souvent "la folie de Buissy", en faisant décorer le château, notamment par Jean-Baptiste Huet pour les boiseries.
De nombreuses statues décorent la cour d'honneur  et le beau bâtiment des communs , situé à gauche du château.

Le beau bâtiment des communs s'étire en longueur perpendiculairement au château. Aux extrémités se trouvent deux pavillons, et au centre une porte monumentale surmontée d'un fronton triangulaire. En arrière plan se profile l'église du village. Remarquons la jolie fontaine au centre de la cour d'honneur.
                              De nombreuses statues ornent notamment  le bâtiment des communs.


                 Les sujets sont vraisemblablement mythologiques. Ici sans doute les Trois Grâces.

Satyre et ménade.

La visite se poursuit en franchissant la porte monumentale située au centre du bâtiment des communs.

                  L'arc surbaissé de la porte centrale des communs cadre notamment l'église voisine.

Un fois passée la porte des communs, on se retrouve dans l'ancienne cour de ferme, dont le joyau est l'élégant colombier du XVIII e siècle.

L'élégant colombier octogonal en briques et pierre est parvenu intact jusqu'à nous. Il est surmonté d'une girouette figurant un pigeon.

L'intérieur du colombier: nichoirs des pigeons et machinerie pour les atteindre.

  La grande église Saint Jean Baptiste a été construite au milieu du XIXe siècle, dans un style neo-gothique, en remplacement d'une  église antérieure du XVe en mauvais état. Seul le clocher de pierre d'origine a été conservé.

Alors commence la visite du vaste parc de 20 ha , et c'est une suite de jolies surprises qui attend le visiteur.
Tout d'abord, une séduisante statue de Vénus nous invite à grimper jusqu'au "jardin d'Hélène".

Vers le "jardin d'Hélène"...

                    Un peu plus haut, un agréable espace ombragé donne envie d'y rester un peu.

Une élégante  grille donne accès à un petit jardin de fleurs.

Un joli jardin fleuri.

Nous redescendons alors vers le château...


Vue plongeante sur l'arrière du château depuis le jardin d'Hélène.

                                     La façade arrière est la réplique de la façade principale.

Une jolie statue en ombre chinoise attire l'œil - Au fond, de nouveau, le colombier

Allons jeter un coup d'œil , à droite du château, en contrebas...

  Nous nous trouvons ici devant la fortification d'allure médiévale qui soutient la terrasse où est construit le château.

En contrebas du château, on découvre une terrasse soigneusement fleurie. Plus haut, à gauche , s'allongent de superbes serres de fleurs.

Cette terrasse fleurie surplombe la Somme canalisée.



Le château et les serres (créées à la fin du XIXe siècle, et restaurées en 2002) vus de la terrasse du bas. Un serre froide contient des rosiers, des clématites et des fleurs saisonnières, tandis qu'une serre chaude est consacrée à des bougainvilliers, lauriers roses, citronniers, canas, agapanthes...


Un petit aperçu des serres...

A remarquer une superbe fleur tropicale, le canas...


Nous nous éloignons des serres pour gagner la rive droite de l'étang...


LE TOUR DE L'ETANG:

Il ne faut pas avoir peur de marcher pour faire le tour de cet étang qui s'étend en longueur sur une surface de 2 hectares. Mais c'est un plaisir à ne pas refuser: au fil  de la promenade, on fait de nouvelles découvertes, on peut apprécier de nouveaux points de vue, notamment en direction du château... grâce à une série de petites presqu'îles qui pénètrent cette étendue d'eau

Vue de l'étang depuis le parc.

Sculpture représentant des oiseaux en vol.

Nouvelle vue du château depuis la rive droite de l'étang.

La rive opposée est bellement ornée de certaines essences qui se reflètent dans l'étang.

Le parc du château s'allonge parallèlement à l'étang.

Nouveau regard en arrière sur le château, qui lui aussi se reflète dans l'étang.

Bientôt une presqu'île délimite une sorte de bassin où se reflètent joliment les nuages.

Depuis le parc, on découvre ensuite sur la droite une écluse sur la Somme.

Plus loin encore une belle ouverture sur le cours de la Somme nous attend.

Depuis une autre petite presqu'île, on a une vue sur le fond de l'étang qui paraît encore bien lointain...

Jolie rencontre de deux grèbes...

Le promeneur dérange bientôt toute une troupe d'oies de races variées peu habituées à l'homme visiblement tant elles sont farouches.

Deux spécimens surprenants...Celle du fond serait une oie de Guinée.

Ici encore sans doute une oie d'origine exotique.

L'extrémité du lac franchie, on revient par sa rive gauche, et là une nouvelle perspective sur le château nous attend...

Le château et son reflet vus de plus près.

On longe alors à nouveau l'étang mais sur sa rive gauche.

Mais si l'on observe la rive opposée, tout un jeu de reflets s'offre au regard.

Arbres et nuages: reflets.



On arrive bientôt à une sorte de petit jardin ménagé en bordure de l'étang...

Nouveau regard en arrière sur le jeu de reflets...


Reflets encore...

Jolie surprise encore avec la présence gracieuse de cygnes et cygneaux...

On arrive enfin en vue du château par une allée bordée de belles plantes savamment ordonnées pour embellir la perspective.

La boucle est bouclée: dernier regard sur l'étang; cette fois le ciel moutonne davantage et les reflets sont plus fournis...

LA FIN DE LA VISITE DU PARC:

Nous remontons vers la partie du parc située à l'arrière du château.

Une belle perspective s'offre au regard avec ce jardin à la française.

                        A leur extrémité ces parterres de fleurs sont limités par un jeu de statues.

Petits amours - Détail.

Un peu plus haut, une  statue et un petit temple de l'Amour décorent les lieux.

Le parc ne manque pas de belles espèces d'arbres comme celles-ci.

On découvre ici une autre perspective vers le château.

Une belle allée d'arbres va nous ramener vers l'entrée du parc.

Dernier coup d'œil sur le château depuis le pont sur la Somme.

Le château de Long a connu divers propriétaires, puis a été laissé à l'abandon. En 1964, l'industriel Roger Van Glabeke procède à une remarquable restauration du bâtiment, qui lui vaut de recevoir le grand prix Chefs d'Oeuvre en péril. Il est depuis l'an  2000  la propriété  d'Emmanuel Delahaye, agent immobilier à Abbeville et est ouvert à la visite en été.
Certaines des boiseries intérieures, parties aux Etats-Unis, ont été rachetées par Gérard de Berny et ornent son hôtel particulier d'Amiens.

Dans le village:

L'œil est attiré par la mairie et son beffroi , qui se reflète dans la rivière.

DANS LES ALENTOURS:


Un arrêt dans le village  de Pont-Remy, dans la vallée de la Somme toujours, nous permet de constater l'état de délabrement de son château du XVe remodelé en 1837 dans le style "gothique troubadour". Son état actuel est le résultat d'un incendie criminel intervenu en 2012.Il a été racheté par la mairie qui pour l'instant a simplement sécurisé le site.


























Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire