mercredi 8 juin 2016

A LA DECOUVERTE DES OISEAUX EN BAIE DE SOMME (Mai 2016).2- Dans la réserve ornithologique du hâble d'Ault .


Cette réserve est moins connue que le parc du Marquenterre, mais accueille aussi de nombreuses espèces d'oiseaux (jusqu'à  270 espèces  y ont été recensées au cours des deux derniers siècles).

Elle est située au sud de la baie de Somme, entre les villages de Cayeux sur mer et Ault, dans un espace naturel qui s'étend sur 750 hectares. La réserve elle-même compte 62 hectares, gérés par l'Office national de la Chasse et de la Faune sauvage, auxquels s'ajoute une réserve de chasse, le reste étant constitué de prairies et champs cultivés protégés  depuis le XVIIIe siècle par une digue de galets qu'il faut d'ailleurs sans cesse renforcer car les assauts de la mer menacent la zone.
"Hâble" est synonyme de "havre": les pêcheurs d'Ault jusqu'au XVIII e siècle abritaient leurs bateaux dans la zone encore occupée par la mer.
La réserve du hâble d'Ault, constituée d'étangs et de roselières, est devenue pour beaucoup d'espèces aviaires un lieu d'hivernage et de reproduction. 

On y accède à pied par un chemin caillouteux à partir de Cayeux ou d'Ault. On peut aussi y aventurer sa voiture: de loin en loin des espaces sont prévus pour garer les véhicules. La réserve est entourée d'une clôture mais on peut l'approcher librement (et gratuitement) pour observer les oiseaux.
Nous sommes allés voir quelles espèces on pouvait y observer en mai.


                                               Cayeux sur mer vue du hâble d'Ault.

Autre vue prise de plus loin.


Le hâble dans la brume.

Campagne dans la brume en arrière plan.


Cayeux vue du premier grand étang du hâble.

                                   Un premier grand étang attire en effet beaucoup de volatiles.

                                                       Regroupement de goélands sur un îlot.


                                         De nombreux cygnes en ont fait leur milieu de vie.

D'importantes colonies de grands cormorans se sont établies ici.

Ici un des cormorans se sèche les ailes, un comportement carctéristique.


On trouve aussi ici des Tadornes de Belon, variété d'oies très présente en baie de Somme ( au deuxième plan)

Un beau mâle Tadorne de Belon.


De très nombreux lapins vivent en toute quiétude dans la réserve...

C'est le bonheur pour eux!


Ils se sentent en sécurité et ne prennent guère la peine de se cacher!


Bientôt une bonne surprise: la présence d'une gracile  ECHASSE BLANCHE , espèce non vue la veille au Marquenterre. C'est une migratrice, qui hiverne en Afrique. Ici il s'agit d'un mâle, à tête noire.


Autre vue.


Des CHEVALIERS GAMBETTE sont également présents sur le site...


Autre vue.



                                          Avez-vous déjà vu un CORMORAN à la plage?


Un coup de zoom me confirme qu'il s'agit bien d'un cormoran qui sèche ses ailes au soleil !

Si l'on poursuit sur le chemin caillouteux en direction d'Ault, quelques surprises nous attendent en chemin et nous découvrons d'autres étangs très fréquentés par les oiseaux.


Nous croisons quelques animaux, dont un cheval de race Henson et son poulain. Cette race a été créée en baie de Somme vers 1970 par croisement entre des chevaux de race Selle français et anglo-arabe et des chevaux Fjord d'origine norvégienne. Le but était d'avoir des chevaux adaptés au tourisme équestre qui se développait dans la région.

Un peu plus loin, ce sont des MOUETTES RIEUSES qui nous offrent un démonstration aérienne...






Cet élégant oiseau en vol serait lui une STERNE CAUGEK , qui hiverne dans le sud de l'Europe et en Afrique.

Encore plus loin, sur un petit étang isolé un spectacle ravissant nous attend:




                                             Un couple de cygnes et sa couvée de six petits...


Mais bientôt notre présence rend la mère cygne nerveuse, ce qui se manifeste par de grands mouvements de cou... et nous les laissons tranquilles.

                                Un petit coup d'œil au bord de mer en chemin et...



                               ... les falaises d'AULT se profilent au loin dans la brume...

                                        Sur l'horizon, un bateau perdu entre ciel et mer..

A l'approche d'AULT un nouvel étang semble attirer particulièrement les échassiers migrateurs:


 Non  loin d'une mouette rieuse sur le nid, une AVOCETTE et une ECHASSE BLANCHE font bon ménage.


On voit sur cette image deux échasses blanches, l'une femelle (tête toute blanche), l'autre mâle.

Avocette et échasse blanche encore.



Avocettes.


Echasse blanche (autre image).


Et de nouveau des chevaliers gambette...

Au loin , nous repérons la présence de deux HUITRIERS PIE, reconnaissables notamment à leur long bec rouge et à leur plumage noir bordé de blanc. Ils se nourrissent notamment de crustacés.

Voici un HUITRIER PIE en vol.

Plus loin, une AIGRETTE GARZETTE, espèce plus rare cette année en baie de Somme.

Aux approches d'Ault, c'est visiblement le coin des VANNEAUX HUPPES, très présents.


Un certain nombre de petits oiseaux sont observables sur le site:


Le PETIT GRAVELOT a un vol rapide et magnifique ; posé il se confond avec les pierres.
Lui aussi est un migrateur: il hiverne en Afrique.


Autre vue.
Le petit Gravelot est très présent autour de Cayeux sur mer.

Très présent aussi cet oiseau vif qui a notre avis est un PIPIT, peut-être FARLOUSE.
C'est un migrateur partiel qui hiverne dans l'ouest et le sud de l'Europe.

Nous avons aperçu une bergeronnette grise...


Cet oiseau devrait être une jeune  bergeronnette.


                                       Tout à coup une présence colorée attire notre regard...


Il s'agit d'un CHARDONNERET.

Nous sommes maintenant en vue du village d'AULT, au bout du chemin...

Un coup d'œil sur ce village perché au dessus de sa  belle falaise avant de rebrousser chemin.

UN COUP D'OEIL SUR LA FLORE DU HABLE :

Cette fleur qui colore abondamment le hâble doit être du lotier corniculé. Cette plante aurait des vertus médicinales, sédatives et anti spasmodiques.


Il s'agit ici de chou marin ou crambre maritime; il est protégé au niveau national et limité au nord de la France.


                                                 Le pavot cornu est typique de ce milieu.

  La rose du Japon est présente à l'entrée du hâble. Elle pousse au Japon en bord de mer. On l'a plantée en masse le long des autoroutes car elle résiste au sel. Elle s'est parfois naturalisée en bord d mer chez nous.

Cette fleur est la Cymbalaria muralis, alias  la ruine de Rome. Elle a paraît-il des vertus médicinales et était utilisée autrefois contre la gale et le scorbut.

L'armérie maritime (ou œillet marin ou gazon d'Olympe) se rencontre sur les côtes de la Manche et de l'Atlantique.

Il devrait s'agir du SILENE MARITIME. En raison de leur calice ventru, ils ont été nommés "Silènes" par référence à Silène, dieu des sources et des fleuves de la mythologie grecque,réputé ventripotent. Cette fleur est mellifère, les bourdons accèdent au nectar en perforant le calice la téralement. Elle attire les papillons nocturnes, attirés par le parfum que dégage la fleur la nuit.

Une fleur de chardon très chargée...
                   
            Nous remercions Sabine BEUTIN  pour l'aide apportée à l'identification de ces fleurs.

                                                                         * A VOIR AUSSI:
                                          Visite du parc ornithologique du MARQUENTERRE.
Voir: http://jmsattoimagesdefrance.blogspot.com/2016/06/a-la-decouverte-des-oiseaux-en-baie-de.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire