dimanche 22 septembre 2019

VISITE DU CHATEAU DE SAINT FARGEAU , sur les pas de Jean d'Ormesson.

                                      
Ce château situé dans l'Yonne est un des décors de l'enfance de Jean d'Ormesson, dont il parle particulièrement dans son roman AU PLAISIR DE DIEU, et qui est lié pour lui à la figure de son grand-père maternel, c'est aussi un magnifique château au passé historique intéressant.

Le chatelet d'entrée flanqué de deux grosses tours domine le village.

C'est parti pour la visite!

La visite guidée de la partie meublée du château commence alors (photos non autorisées).La guide retrace aussi l'histoire du lieu. D'abord rendez-vous de chasse fortifié érigé en 980 par Héribert, évêque d'Auxerre et frère d'Hugues Capet, il passe du Xe au XVe siècles entre les mains de familles illustres: les seigneurs de Toucy, de Bar, et Jacques Cœur, argentier de Charles VII;

Antoine de Chabannes au XVe siècle, la grande Mademoiselle, cousine germaine de Louis XIV à partir de 1652, frappée d'exil pour sa participation dans la Fronde, puis la famille Lepelletier à partir de 1713, en seront les plus illustres propriétaires. Louis Michel Lepelletier de Saint-Fargeau, conventionnel régicide,   et qui mourut asssssiné pour la peine,  a son tombeau dans la chapelle.  Jean d'Ormesson descend de cette famille par sa mère.  En 1979, les frères Guyot s'entichent du château et décident de le restaurer et d'y accueillir le public. Michel Guyot aujourd'hui en est le propriétaire.

Le château a une forme pentagonale, et est flanqué de six grosses tours. Dans sa structure actuelle, il date  de 1453, année où le rude guerrier Antoine de Chabannes en fit , pour parer à toute attaque, un ouvrage fortifié;

Cette entrée monumentale à laquelle on accède par un bel escalier semi circulaire donne notamment accès à la chapelle.
C'est Anne-Marie Louis d'Orléans (la Grande Mademoiselle), qui, avec le concours de l'architecte François Le Vau, fait rénover magnifiquement les façades intérieures et coiffer les tours de ces lanternons qui contribuent à lui donner son cachet particulier.

Autre vue: la coupole de cette entrée monumentale du château est doublée d'un tour à l'arrière.

Vue du château du côté du châtelet d'entrée.

Après une demi-heure de visite guidée des appartements de la grande Mademoiselle, la visite est libre. Différentes pièces de l'aile gauche (qui à l'origine était occupée par les appartements de la grande Mademoiselle, détruits par le feu au XIXe siècle)  méritent un coup d'œil, et il est possible de parcourir sur toute la périphérie du château ses spectaculaires charpentes.

Le château était doté d'une très vaste salle d'armes, détruite aussi par le feu au XIXe, qui visiblement a été reconstituée.






La chapelle.

La pierre tombale de Lepelletier de St Fargeau.

Un très bel escalier d'honneur (l'escalier Montpensier) donne accès à l'étage.

Il est flanqué d'une statue de Diane chasseresse.

Une belle galerie donne accès à un certain nombre de salles.

Des mannequins figurent des scènes de la vie de Lepelletier de Saint-Fargeau.

Ici son assassinat par exemple.

Le voici figuré sur son lit de mort.

Plus loin les cuisines sont reconstituées.

La plus grosse tour, ou tour Jacques Cœur, est la seule à n'avoir pas de couverture. Elle permettait de recueillir l'eau de pluie.

Un étroit escalier mène aux combles.

Ce qui permet d'admirer les charpentes du château.


Au fond de la cour, un porche permet d'accéder au parc.


Un porche donne accès à un vaste parc occupé par un immense étang. Par manque de temps, nous n'avons guère pu nous y aventurer.

                              Et pour finir, une jolie image avec les gardiennes du château...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire